+33(0)1 42 54 60 64 | contact@welcomeurope.com

ACP – Promouvoir la Santé et les Droits Sexuels Reproductifs universels des adolescents vulnérables en Afrique – 2020

Le partenariat ACP est centré sur l’objectif de réduction et, à terme, d’éradication de la pauvreté, en cohérence avec les objectifs du développement durable et d’une intégration progressive des pays ACP dans l’économie mondiale.

2020-11-26
30 millions 500 milles euros
Fermé

Cadre d'appel

Institution Commission européenne
Secteurs Santé
Bénéficiaires
Régions Union européenne, Afrique-Caraibes-Pacifique, Pays candidats, Espace Economique Européen, Pays en développement, Asie, Caucase, Moyen-Orient
Détails

Région concernée : Afrique


Contenu réservé aux abonnés

Inscrivez-vous gratuitement pour avoir accès au contenu.

Accès gratuit à toutes les informations

Priorités et actions financées

Objectifs
* Améliorer la demande et l’accès à des informations et services SDSR complets, intégrés, abordables, de qualité, sans discrimination et adaptés à l’âge dans les pays africains (éligibles), en mettant particulièrement l’accent sur les adolescentes et les adolescents vulnérables (non scolarisés, pauvres, marginalisés/discriminés, handicapés, mal desservis) ; 
* Renforcer les systèmes de santé publics et communautaires pour fournir ces informations et services ;
* Promouvoir un environnement juridique, politique et sociétal favorable qui permette aux adolescents, en particulier aux filles et aux adolescents vulnérables, d’accéder aux services de santé sexuelle et génésique (SSR) de qualité dont ils ont besoin et qui protège leurs droits en matière de sexualité et de reproduction.
Priorités

Priorités nationales:
* Priorité 1 : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources nationales pour les SDSR – en particulier les SDSR des adolescents – auprès des parlementaires, des partis politiques et d’intérêt, des cabinets de ministres et des institutions gouvernementales au niveau où les décisions sont prises sur les allocations budgétaires.
* Priorité 2 : Plaidoyer pour accroître la disponibilité de produits de santé sexuelle et reproductive de qualité en général et spécifiquement pour les adolescents, et pour inclure les produits de santé sexuelle et reproductive essentiels dans les listes nationales de médicaments essentiels.
* Priorité 3 : Sensibilisation et dialogue politique sur les SDSR des adolescents vulnérables, y compris la planification familiale et la participation des jeunes pour faire progresser l’égalité des sexes et ne laisser personne de côté. Plaidoyer pour que les politiques et les lois existantes soient propices à faciliter l’accès aux SDSR pour tous les adolescents, y compris les plus vulnérables et les plus victimes de discrimination.
* Priorité 4 : Coordination multisectorielle pour faire progresser un programme intégré de SDSR, en mettant particulièrement l’accent sur la prise en compte des besoins des adolescents vulnérables, et pour assurer sa pleine intégration dans les stratégies nationales de santé et de CHU et son intégration effective au niveau des soins primaires.
* Priorité 5 : Renforcement des capacités en matière de fourniture d’informations et de services SDSR adaptés aux jeunes et exempts de discrimination, ciblant les systèmes publics et communautaires et le personnel de santé. Le renforcement de la sensibilisation, des connaissances, des attitudes et des compétences des prestataires de services au niveau des soins primaires et de la communauté.
* Priorité 6 : Le renforcement des capacités en matière d’éducation sexuelle complète pour les adolescents scolarisés et non scolarisés, en ciblant les systèmes publics et communautaires et le personnel éducatif.
* Priorité 7 : Fourniture pilote d’informations et de services SDSR intégrés dans le continuum de soins ciblant les adolescents vulnérables. La conception et l’expérimentation d’un modèle de prestation de services novateur devront être intégrées de manière adéquate dans les structures de santé existantes et être soutenues par des mesures de cofinancement claires et un plan de viabilité crédible.
* Priorité 8 : Renforcer les structures de surveillance et de responsabilité sociales et communautaires et veiller à ce qu’elles soient reliées et intégrées aux structures/systèmes gouvernementaux.

Priorités régionales: 
*Priorité 1 : collaboration Sud-Sud, apprentissage horizontal, diffusion des résultats et des bonnes pratiques.
*Priorité 2 : Plaidoyer régional pour l’opérationnalisation des cadres politiques continentaux et régionaux en matière de SDSR.
*Priorité 3 : Renforcement des fonctions régionales à l’appui du renforcement des systèmes de santé nationaux, lorsque cette approche est censée être efficace/appropriée. Les organismes régionaux/sous-régionaux et les activités régionales peuvent renforcer certains éléments constitutifs des systèmes de santé pour faire progresser les CHU en matière de SDSR des adolescents, sur la base des besoins/lacunes identifiés et de la valeur ajoutée évidente de l’approche régionale.

Parmi les actions financées :
– Production de preuves, transfert de savoir-faire et d’expérience en relation avec les objectifs de l’appel en fournissant une formation, une assistance par les pairs et un tutorat aux homologues gouvernementaux, aux OSC locales et aux groupes communautaires en ce qui concerne les SDSR des adolescents et l’égalité des sexes ; 
– Mise en réseau, échange de meilleures pratiques et d’expériences et défense des politiques correspondantes ; suivi de la mise en œuvre et des résultats des politiques, collecte et utilisation de statistiques et de données sensibles à la dimension de genre ; facilitation du dialogue politique entre les diverses parties prenantes, etc ;
– Travail avec différentes parties prenantes, y compris les réseaux de jeunes, les associations de femmes, les clubs sportifs, les associations d’enseignants, les universités et les centres de recherche, les médias traditionnels, religieux, sociaux et autres leaders d’opinion ; pour influencer les normes et les stéréotypes sociaux et sensibiliser à l’importance des SDSR des adolescents ; 
– Sensibilisation et défense des intérêts liés aux SDSR, notamment par des approches et des interventions au niveau de la communauté et/ou de l’école, y compris le travail avec les hommes et les garçons sur le changement des normes de genre et la sensibilisation à l’importance des SDSR/ de la PF en mettant l’accent sur les SDSR des adolescents ;
– Amélioration de l’accès à des services SDSR de qualité et complets pour les adolescents, y compris des conseils sur les comportements sexuels sûrs, des informations fondées sur des données probantes, la planification familiale et la contraception moderne, notamment par la mise en place de services pilotes/innovants, s’ils sont intégrés dans le cadre de santé existant, cofinancés et s’ils disposent d’un plan de viabilité clair ; 
– Améliorer l’accès à une éducation sexuelle complète et de qualité ;
– Fournir et/ou orienter vers la gamme complète des services de soins de santé sexuelle et reproductive de base, y compris le planning familial, par le renforcement des capacités du secteur public local ou d’autres prestataires de services de santé ;
– Dialogue politique et collaboration avec le secteur public et les décideurs – aux niveaux local, national et régional – pour de meilleurs services et leur meilleure durabilité ;
– Campagnes de sensibilisation, y compris l’utilisation d’approches et de médias innovants ; 
– Suivi, utilisation de méthodes de recherche, collecte de preuves, utilisation d’enquêtes, collecte de données, collecte de preuves, etc.

Informations complémentaires
* Cet appel à propositions est un appel à propositions ouvert 
* Durée initiale de l’action : entre 24 mois et 48 mois 

* Eligibilité :
– être une personne morale, et
– être à but non lucratif. Veuillez noter que les organisations à but lucratif peuvent également être éligibles dans des cas exceptionnels et dûment justifiés, et
– être une organisation non gouvernementale, Veuillez noter que le Comité d’évaluation prendra en considération les différentes formes juridiques d’enregistrement dans les pays respectifs. Veuillez noter que les organisations internationales ne sont pas éligibles. Le candidat doit joindre une justification, et
– être établi dans l’un des pays ou territoires éligibles énumérés à l’annexe L des présentes lignes directrices, et
– être directement responsable de la préparation et de la gestion de l’action avec les co-demandeurs et la ou les entités affiliées, sans agir en tant qu’intermédiaire, et
– avoir au moins trois ans d’expérience et des antécédents avérés en matière de renforcement des systèmes de santé (systèmes publics et/ou communautaires, au-delà du soutien à la prestation de services) pour faire progresser les SDSR des adolescents, avec une expérience professionnelle au niveau national, régional et communautaire ; cela doit être clairement reflété et décrit dans le dossier de candidature complet, et
– avoir établi un partenariat avec au moins une organisation locale en tant que co-candidat dans chaque pays ciblé – organisation de la société civile ou autorité locale – (sauf s’il s’agit du pays où le candidat principal est établi) ; cela doit être démontré dans la note de présentation par des lettres de soutien des co-candidats locaux. Dans ces lettres (pas de modèle fixe ; 1,5 page maximum), les co-candidats locaux doivent se présenter, exprimer leur soutien à la candidature et décrire succinctement leur engagement et leur rôle dans l’action.

Financement

* Montant de la subvention : entre 5 millions  et 10 millions d’euros 
* Taux de cofinancement : entre 50% et 90% du total des coûts éligibles

Testez votre éligibilité

Autres fonds :

Aucune relation trouvée.

Actualités similaires

29 juin 2022

Les OCS sur 2021-2027, la simplification attendue ?

Lire l'article

9 juin 2021

Nouveauté à Welcomeurope !

Lire l'article